2014年12月30日星期二

20年前创办法语电影节的神秘女人

1995年二次独立公投前几天,Maidy Teitelbaum 开创了配有英文字幕的法语电影节,这并非是有意而为之的巧合。一年前她就试过,法国高蒙电影公司老板对此不感兴趣。并非是闹独立的魁北克使她萌生此念,而是佛罗里达曾经有过的法语电影节令她陶醉。



蒙特利尔法语电影节,诞生于1995年魁北克第二次独立公投日的前几天,当时蒙特利尔的法裔和英裔矛盾临近沸点,不时传来英裔人口迁移多伦多的消息。就在这个关键时刻,电影圈外的英裔梅迪夫人(Maidy Teitelbaum)宣布创办配英文字幕的法语电影节。

梅迪说:“哪怕电影院里只有两个人,我也不在乎。我就是要冒这个险,我丈夫欧文也支持我。” 

20年之后,梅迪在公众面前仍然是个神秘的女人。

人们只知道她父亲经营服装连锁店,她从小在蒙特利尔富裕的outremont区长大,夏日随父母去Lac-Mégantic度假,后来嫁给了波兰裔犹太商人,他在她决定创办法语电影节时卖掉了几个连锁商号,以资助电影节。

夫妻俩与法语电影的缘分开始于佛罗里达萨拉索塔(Sarasota),他们经常去那里度假,有一次他们常住的酒店客满,原因是正举办法语电影节,这令他们感到惊讶。此后八年,他们一直参加法语电影节的活动,直到它不再举办。

在那里,梅迪认识了法国高蒙电影公司老板 Toscan du Plantier 和其他法国电影人,并萌发了开办法语电影节的念头。1994年她初次尝试,但不获 Toscan du Plantier支持。蒙特利尔国际电影节创办人罗塞克更是一开始就想扼杀她。后来她把电影节从300个座位的蒙特利尔艺术博物馆搬到800座的帝国影院,和罗塞克谈判的过程也非常困难。

法语电影节原本面向英裔人口,20年过去,至今还处于革命尚未成功,同志仍需努力的阶段,因为电影节观众中英裔只占10%,可以说他们还没有真正地到来。
 


Nathalie Petrowski
La Presse
Publié le 06 novembre 2014

Cinemania, un festival de films français, est apparu dans le ciel montréalais comme un parfait ovni. C'était à quelques jours du référendum de 1995, alors que les tensions entre les anglos et les francos à Montréal étaient à leur paroxysme. La rumeur voulait d'ailleurs que la vaste majorité des anglos soit en train de faire ses boîtes en prévision d'un déménagement imminent à Toronto.

Et voilà qu'au milieu de cette cohue et de ce chaos surgit une petite bonne femme, haute comme trois pommes, anglo-montréalaise jusqu'au bout des ongles et fière d'avoir participé au grand love-in de la place du Canada, qui nous annonce la tenue d'un premier festival de films de France, sous-titrés en anglais et destinés au public anglophone de Montréal. Pardon? C'est une blague?

Ce n'était pas une blague. Maidy Teitelbaum était sérieuse, dead serious, comme disent les Anglais, et cela, en dépit du fait qu'elle n'était pas nécessairement une grande cinéphile. Pour tout dire, elle ne connaissait rien au cinéma français et au cinéma tout court. Et surtout, elle avait zéro contact dans le milieu du cinéma. Qu'à cela ne tienne. Qui ne risque rien n'a rien, s'est dit Maidy.

En même temps, la dame ne se faisait pas d'illusions. «J'ai prévenu les gens autour de moi que même s'il ne devait y avoir que deux personnes dans la salle, je m'en fichais. J'avais envie de tenter cette aventure. Irv, mon mari, m'encourageait à le faire, alors j'ai foncé. Ce qui me motivait, c'était la possibilité de bâtir quelque chose par moi-même pour une fois», me raconte Maidy dans un resto du centre-ville où elle m'a donné rendez-vous.

Une femme secrète

J'ai voulu rencontrer cette dame pour plusieurs raisons: d'abord parce que cette année, Cinemania, qu'elle a fondé et tenu à bout de bras sans pratiquement aucune subvention, fête ses 20 ans. Parce que ce festival a plus ou moins remis le cinéma français au goût du jour alors que son déclin, voire sa disparition de nos écrans, était un fait accompli. Mais aussi parce qu'en fouillant sur le Net, je n'ai pratiquement rien trouvé à son sujet. Cela m'a intriguée. Qui était donc cette Maidy Teitelbaum?

«Je suis une femme secrète», m'a-t-elle lancé en souriant avec des yeux pétillants cerclés de lunettes de designer lui donnant un air de mamie espiègle et moderne.

Mais elle n'avait pas sitôt évoqué son statut de femme secrète qu'elle se lançait avec verve dans le récit détaillé de sa longue vie: son enfance rue Wilder (aujourd'hui Antonine-Maillet) à Outremont, ses étés à Lac-Mégantic, où son père Red Shier avait ouvert un premier magasin de vêtements qui deviendrait bientôt une chaîne, sa rencontre et son mariage avec Irving Teitelbaum, un Juif polonais étudiant à McGill qui s'est lancé dans le commerce au détail avec le père de Maidy avant de créer la chaîne pour ados Suzy Shier puis, des années plus tard, la chaîne La Senza, et enfin la vente de tous ses actifs à peu près au moment où Maidy décidait de lancer Cinemania.

Sarasota

Pour la petite histoire, Maidy et Irv avaient pris l'habitude au printemps d'aller jouer au golf à Sarasota. Or, à quelques jours du départ, Maidy appelle pour réserver une chambre à l'hôtel où ils descendent toujours et apprend qu'il n'y a aucune chambre de libre à cause d'un festival de films français.

«J'ai été étonnée, intriguée et je me suis empressée d'aller voir ce que c'était, au juste, ce festival. Pendant 8 ans et jusqu'à ce qu'il cesse ses activités, j'ai été une habituée et même une amie du festival. C'est là notamment que j'ai rencontré le producteur Toscan du Plantier, des acteurs et des cinéastes français et que l'idée de lancer mon propre évènement à Montréal a germé.»

Maidy Teitelbaum a entrepris des démarches pour fonder son festival en 1994 en appelant justement le fameux Toscan du Plantier, grand patron de Gaumont. En vain.

«Il ne voulait rien savoir de mon projet. Rien de rien. Ça ne l'intéressait pas, alors il a fallu que je me débrouille autrement», raconte-t-elle.

Je lui demande si Serge Losique, le président du FFM qui ne manque pas de contacts dans le milieu du cinéma français, l'a aidée. Elle éclate de rire. «Losique, nous aider? Il veut nous tuer depuis le début. Ça ne s'est pas arrangé quand j'ai décidé de déplacer le festival de la salle du Musée des beaux-arts de Montréal, qui comprend 300 places, à la salle de l'Impérial, qui peut accueillir 800 spectateurs. Négocier avec lui, c'est toujours difficile.»

Pour les Anglo-Montréalais

Malgré les embûches, les obstacles, le manque de soutien financier de la Ville ou des institutions publiques, Maidy Teitelbaum a tenu bon. On devine que son mari Irving, qui est le président honoraire de son conseil d'administration, l'a non seulement encouragée et aidée techniquement en rédigeant tous les résumés des films présentés, mais qu'il l'a soutenue financièrement. D'autant que la vente des chaînes Suzy Shier et La Senza lui a rapporté des millions.

Mais Maidy préfère rester discrète à ce sujet. Ce qui lui importe avant tout, c'est cette fenêtre sur le cinéma français qu'elle offre chaque année aux Montréalais. «J'adore les films français, dit-elle. C'est des films qui me touchent. Ils ne sont pas toujours joyeux ni débordants d'action, mais ils m'aident à mieux comprendre les autres», dit-elle avec un regard admiratif.

Ironiquement, Maidy avait d'abord conçu ce festival pour les Anglo-Montréalais qui, comme elle, avaient de la difficulté à comprendre les dialogues français. Elle voulait leur offrir, et s'offrir à elle-même en passant, un festival de films sous-titrés.

Or, le public anglophone n'a pas vraiment embarqué. Encore aujourd'hui, il représente 10% des entrées. Le reste, ce sont les Français de plus en plus nombreux à immigrer chez nous qui ont fait la différence.

«Notre festival n'a pas connu un succès éclatant au début, mais on savait que ça prendrait du temps à trouver notre rythme de croisière. On peut dire que l'an passé, on l'a atteint.»

Du sang neuf

Encore aujourd'hui, c'est Maidy et son mari qui choisissent les films avec une poignée de programmateurs associés.

Il y a quatre ans, un jeune Français qui avait travaillé aux festivals d'Avignon et de Montpellier est venu frapper à leur porte. Guilhem Caillard a été engagé sur-le-champ. Il a si bien fait que cette année, Maidy a décidé de lui confier la direction générale du festival, consciente que le sang neuf dans un festival, c'est la seule façon d'assurer son évolution et sa pérennité.

«Cela faisait longtemps que je cherchais quelqu'un pour prendre la relève. Je savais que je ne pouvais pas compter ni sur mon fils ni sur ma fille, qui ont d'autres chats à fouetter et d'autres intérêts. Quand j'ai fait la connaissance de Guilhem, j'ai compris que je tenais ma perle rare.»

Toujours 20 ans

Maidy Teitelman ne dit jamais son âge et ce n'est pas moi qui vais la trahir. Chose certaine, avec ses lunettes de designer, son blouson de cuir et sa coupe de cheveux garçonne, on devine que la dernière chose qu'elle souhaite, c'est avoir l'air d'une madame ou d'une grand-mère.

«Je suis une femme moderne qui ne vit pas au passé. C'est pourquoi j'aime tellement travailler avec les jeunes. Ils m'inspirent. Et Guilhem s'est montré d'une telle efficacité au cours des quatre dernières années que j'aurais été mal venue de ne pas lui confier la direction du festival», dit celle qui, au chapitre de la passation des pouvoirs, pourrait donner des leçons à Serge Losique.

En attendant, Maidy se prépare avec fébrilité à l'ouverture de la vingtième édition de son festival, ce soir, avec la première du film Gemma Bovery de la cinéaste Anne Fontaine. Quand on aime, on a toujours 20 ans, dit l'adage. Maidy n'a plus 20 ans depuis longtemps, mais peu importe, puisqu'elle a bâti quelque chose par elle-même. C'est le but qu'elle s'était fixé il y a 20 ans.

Certains jours, elle est encore tout étonnée de l'avoir atteint.

没有评论:

发表评论